La double licence droit-géographie

Qu’est ce que cette double licence ?

 

La double-licence Droit-Géographie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne est une formation unique en France. Elle permet d’étudier, pendant trois ans, les fondamentaux d’une licence classique de droit ainsi que la géographie humaine et physique. L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne est une université de choix pour étudier ces deux matières. En 2020, elle est classée au 25e rang mondial pour le droit (seule université française dans le top 50, Paris II Panthéon-Assas se situe entre la 51e et 100e place) et au 33e rang mondial pour la géographie (seule université française dans le Top 50, à deux places du King’s College et devant la SOAS de Londres). 

Comment accède-t-on à cette double licence ?

 

C’est indéniablement une formation sélective même s’il ne faut pas exagérer le terme. La formation fait partie des plus petites promotions de l’université : seulement 30 places sont disponibles chaque année. Ce petit effectif doit être mis en lien avec la demande à intégrer cette formation que l’on peut qualifier d’ « originale » : 470 demandes en 2018, ce qui est sans comparaison avec les candidatures pour les Droit-Philosophie, Droit-Economie, Droit-Sciences-politiques ou même Droit-Histoire dont les promotions dépassent parfois les 100 étudiants et les plus de 2000 demandes. La sélection se fait sur dossier en passant par PARCOURSUP. La double-licence est ouverte sur toute la France et n’est nullement réservée aux seuls parisiens. Trois matières seront regardées dans la sélection : le français, la géographie et la philosophie.  

 

Quel est le contenu des enseignements ?

 

Pour le droit, la double-licence aborde les fondamentaux d’une licence classique. Chaque semestre est composé d’un bloc de deux enseignements fondamentaux et d’un bloc d’un enseignement mineur. Cette double-licence est dispensée de la majorité des enseignements « non indispensables », en tout cas moins important (notamment tous les enseignements d’Histoire du droit). Les étudiants n’ont aucune liberté de choix sur leurs enseignements avant la L3. Certains pourront le regretter : par exemple, le Droit pénal n’est étudié à aucun moment, et il est impossible de le prendre en option. 

 

Pour la géographie, la double-licence aborde les deux grandes branches de la matière : humaine et physique. Les deux s’entremêlent pendant les deux premières années, avec la possibilité d’abandonner la géographie physique en L3. Chaque semestre est composé d’un bloc de trois enseignements fondamentaux accompagné d’un bloc d’enseignement de statistiques et de cartographie. Comme pour le droit, il n’y a aucune liberté de choix des enseignements avant la L3 où l’on peut véritablement se spécialiser. Néanmoins, les étudiants de cette double-licence n’ont pas le choix des différents parcours proposés aux licences simples. Alors qu’ils peuvent choisir entre un « Parcours aménagement », un « Parcours environnement » et un « Parcours Espaces, Territoires et Sociétés », cette double-licence oblige à emprunter ce dernier parcours qui est, en quelque sorte, un intermédiaire entre les deux autres. 

Un exemple de cette maquette pédagogique ?

 

Oui, le semestre 2 de première année :

 

En Droit, deux enseignements fondamentaux (droit constitutionnel et droit de la famille) et une mineure (Relations Internationales).

 

En Géographie, trois enseignements fondamentaux (mondialisation et territoires, peuplement et mobilités, biodiversité) et un enseignement de statistiques et de cartographie.

 

Quels sont les débouchés de cette double licence ?

 

Les orientations prises par les étudiants en Master sont très diversifiées et il est impossible d’affirmer que ce parcours est destiné à une formation particulière. Néanmoins, il est une formation de choix pour ceux qui visent le Droit de l’environnement et de l’urbanisme ou les métiers de la géographie ayant une forte dimension locale et territoriale.  

 

Quels sont les inconvénients et les avantages du cursus ?

 

Passer une année à l’étranger est fortement déconseillé et mal vu par l’administration et les responsables de la double-licence. La particularité de cette formation et le fait que le droit étudié est uniquement français et rend difficile la validation de tous les crédits par une université étrangère. 

 

Cette privation d’année Erasmus (ou autre) est compensé par un cadre d’étude agréable. La particularité de cette double-licence est qu’elle s’organise sur deux centres différents : le centre Pierre Mendès-France dans le 13e arrondissement de Paris et les centres René Cassin ou Lourcine dans le 13e. Pour ceux qui pensent avoir l’opportunité d’étudier dans le Quartier Latin dès la première année, ne vous faites avoir ! Il faudra s’armer d’un peu de patience. 

 

Le centre Pierre Mendès-France dispose probablement des amphithéâtres les moins confortables, mais dispose d’une grande et très fournie bibliothèque universitaire, agréable pour étudier. Le centre René Cassin est considéré comme plus agréable, malgré qu’il ne dispose pas de bibliothèque, seulement d’une salle de travail. Le centre Lourcine, ouvert en 2019, est flambant neuf et de très grande qualité : que ce soient les extérieurs, les salles de travail, la bibliothèque, les salles de TD ou les amphithéâtres. Les L3 de cette double-licence auront la chance d’étudier à l’Institut de Géographie, dans le Quartier Latin, à deux pas du Panthéon, du Jardin du Luxembourg ou de Normale Sup’. 

Les avantages d’une double-licence prennent tout leur sens dans celle-ci. La taille réduite créée très vite une ambiance de classe/de prépa, ce que l’on ne retrouve pas en étant dans une licence simple. C’est d’autant plus facile pour organiser des week-ends d’intégration entre les différentes promotions, des soirées, et tout le monde se connaît, ce qui est loin d’être le cas pour toutes les double-licences. Enfin, il faut rappeler que le nombre de 30 est indicatif : en 2020, les L1 sont 28, les L2 sont 19 et les L3 sont 15. 

 

Quelle est la charge de travail de cette licence ?

 

La charge de travail est correcte en L1 mais s’intensifie considérablement en L2, avant de reprendre un rythme normal en L3, quoique soutenu. Comme dans la majorité des double-licences, il y a plus d’heures de cours que dans une licence simple, mais moins que si l’étudiant réalisait une licence de droit simple + une licence de géographie simple. Au bout de trois ans, l’étudiant obtient une licence de droit et une licence de géographie. C’est la différence avec certaines bi-licences au terme desquelles on obtient une licence avec une mention spécialisée et non deux licences distinctes (exemple de la bi-licence Droit français – Common Law de l’Université Paris X Nanterre). 

 

Merci à Adrien Darrigrand pour cette belle présentation !

 

Tu as une question ? Nous sommes à ta disposition :